Le projet

“The Size of the Distant“ est un travail plastique sur le rapport du proche au lointain. L’espace qui distant et éloigne deux points, deux endroits, deux lieux, est aussi le trajet, le parcours qui les lie et qui, donc, les rapproche.

Au moyen d’un odomètre l’artiste prend la mesure du parcours entre deux lieux du territoire.

Une caméra fixée sur l’odomètre filme chacun des parcours dont le départ est fixé à l’heure légale du lever du soleil.

La distance parcourue est a posteriori matérialisée par une bande de papier.

La distance fera titre.

Dans un deuxième temps l’artiste enroule et travaille le papier au moyen d’une machine inventée pour l’occasion.

Il en résulte une pièce qui formalise la distance entre deux lieux d’une ville d’un paysage…

Patrice Barthès marche. Il fait les parcours, déploie le lien et l’emploie en l’enroulant pour le fixer enfin en un volume.

P. Barthès passe du vécu de la marche à l’œuvre de papier.

Il aurait pu tracer le parcours sur une carte et/ou en faire le récit. Mais il serait contraint de modifier l’échelle, contraint de figurer le parcours et le temps du parcours en entretenant l’illusion d’une possible représentation.

Or les pièces que produit P. Barthès ne cherchent pas à représenter. Elles sont des volumes composés par une longueur de matière qui correspond précisément à un parcours.

Une vidéo captée lors du parcours initial témoigne de la marche a priori de chaque œuvre.